La Louise
LA LOUISE

La Louise arpente, avec sa guitare électrique, un no man’s land perdu entre chanson française et rock. Elle hausse la voix ou cause dans le creux de l’oreille, convoque héros anonymes et fantômes de l’intime et raconte. Car La Louise est bien là pour te raconter des histoires. Les cigarettes qu’on grille pour ne pas se consumer (Je fume), les hommes qui dansent puis s’éteignent sans prévenir sur le macadam (Johnny), le bonheur des solitudes qui se croisent (Serre-moi).

La Louise n’écrit pas sur, La Louise écrit pour. Comme un cadeau à ceux qu’elle croise dans la rue ou dans ses rêves – jamais moyen de savoir vraiment. Elle écrit pour elle aussi, des chansons-mantras pour conjurer les peurs et se donner du courage (Le cœur net), ou célébrer celui des autres (313). La focale c’est l’intime, les profondeurs de l’âme, mais ça n’empêche pas la légèreté. Et tu verras que sur scène, La Louise sait aussi te faire marrer.

La Louise est née avec un autre nom. Émilie Houillon passe du théâtre à la danse contemporaine et inversement. Jusqu’au soir où elle pique une guitare et va jouer le rock qu’elle écrivait (en secret) dans les bars. Là, c’est la révélation : Émilie devient La Louise. En Shiva du Do It Yourself, elle transforme son petit appartement au gré de ses besoins : studio, atelier, plateau de tournage… Elle dessine, origamise et stop-motionne pour causer à ceux qui la suivent et le lui rendent bien en participant au financement de son premier EP « Je fume ». Un opus de cinq titres co-réalisé avec Nathan Harnau (également arrangeur du single Je fume) et enregistré entre Studio Garage et home-studio. La Louise est indépendante, oui, mais bien entourée.
EP Je Fume sortie 28 avril 2017 (distribution Differ-ant)