paulinedrand_thibault-saladin

paulinedrand2

PAULINE DRAND
Double EP, un format singulier pour la première publication en édition limitée de Pauline Drand. Pas banal, comme cette jeune chanteuse guitariste entre indépendance folk et électricité urbaine. Elle présente ici une collection de chansons au regard bleu-nuit qui ont traversé les brumes de Nick Drake, pris la lumière chez Laura Marling, et appris l’élégance hardie des sentiments chez Bashung.

Attention, il faudra saisir vite cette édition limitée, car disponible en précommande depuis le 15 février elle est déjà presque épuisée.

Une voix entre le jour et la nuit, l’assurance et l’enfance, posée sur une guitare tantôt sous-bois, tantôt clairière. Pauline Drand croise dans ses chansons des chevaux et des faons, des amies et des amours égarées. Ce sont d’abord les chanteuses Folk indie qui lui servent de répères (Laura Marling, Cat Power). Des scènes mi-2012 d’abord à Paris, en solo, où on commence à remarquer son timbre grave et son jeu de guitare, un passage en Oliver Peel session, puis elle fait un séjour à Beyrouth en 2013, où elle tourne un premier clip « A place to Stay « , qui prend une résonance particulière au Liban. Suivent des séjours et des concerts à Istanbul, puis à Lisbonne.

De retour à Paris, elle publie un recueil de textes, puis commence des enregistrements avec les musiciens de De La Jolie Musique, réalisés par Brifo.

En février 2015, Microcultures lui permet de financer la promotion de son projet (sortie digitale le 21 avril d’un double EP, mini-tour en solo qui débute le 21 avril aux Trois Baudets) avant la sortie physique de son premier album à l’automne 2015.

Bandcamp

Crédit photo : (c) Thibault Saladin.

Artwork : DR